SÉMINAIRE DU CERCLE

Le séminaire d’étude et de recherche de la Section Clinique de Rennes, animé par Caroline Doucet, Jean Luc Monnier, Thomas Kusmierzyk

Les jeudis 24 novembre 2022, 8 décembre 2022, 5 janvier 2023, 16 mars 2023, 6 avril 2023, 4 mai 2023, 8 juin 2023

Alors que « le moment clinique actuel est pris dans le démembrement des catégories de névrose, psychose et perversion [1] » et que l’on assiste à une « dépathologisation de la clinique [2] » en rupture avec l’abord déficitaire des maladies mentales propre à la tradition clinique classique, un repérage des liens qu’entretient le patient au langage et à l’expérience de jouissance qui en découle n’en demeure pas moins nécessaire dans la lecture du cas et l’orientation de la cure. Dans cette perspective, la certitude, mais aussi la perplexité, l’expérience énigmatique et de croyance sont des phénomènes d’énonciation qu’il s’agit de situer au regard des variétés cliniques.

Ainsi, si perplexité et certitude signent l’entrée dans la psychose, ces manifestations sont-elles et à quelles conditions pathognomoniques de la psychose ? Comment ne pas confondre l’énigme et la croyance névrotiques de leurs formes dans la psychose ordinaire ou dans les psychoses avérées de schizophrénie ou de paranoïa ? Ces questions cruciales s’appréhendent désormais à partir de la clinique universelle du délire, selon laquelle « tous nos discours ne sont que défenses contre le réel [3] ». Cela revient à interroger l’impossible à supporter auxquels chaque patient est exposé et à s’intéresser aux phénomènes de croyances dont il témoigne.

Il s’agit d’aborder ces phénomènes selon la logique du cas, d’en faire la démonstration et d’en situer la place et la fonction afin, non seulement de pénétrer le sens de l’histoire [4] que construit le patient, mais aussi d’en déduire le traitement psychanalytique idoine. Dans cet abord, la causalité psychique telle que définie par Lacan et son tout dernier enseignement sont indispensables à la clinique contemporaine.

 

[1]. Laurent É., « Mélancolie, douleur d’exister, lâcheté morale », Ornicar ?, revue du Champ freudien, no 47, oct.-déc. 1988, pp. 5-17.
[2]. Miller J.-A., « Conversation d’actualité avec l’Ecole espagnole du champ freudien » (I), La Cause du désir, no 108, 2021, pp. 34-55.
[3]. Miller J.-A., « Clinique ironique », La Cause freudienne no 23, 1993, pp. 5-10.
[4]. Freud S., « Remarques psychanalytiques sur l’autobiographie d’un cas de paranoïa », Cinq psychanalyses, Paris, PUF, 1967, p. 284.
Dernière modification le 20/07/2022

Les commentaires sont clos.