Séminaire du Cercle

L’orientation de la cure : entre sens et jouissance

Le séminaire d’étude et de recherche de la Section Clinique de Rennes, animé par Caroline Doucet, Alice Delarue et Jean Luc Monnier

Le texte freudien Inhibition, symptôme et angoisse est une orientation vers le réel. Or, « une orientation vers le réel rencontre d’abord, non pas l’inconscient, mais le symptôme »1 dont la particularité est qu’il ne cesse pas de s’écrire. C’est ce versant du symptôme qui correspond chez Lacan à l’orientation vers le réel, c’est-à-dire à l’orientation de la cure et de l’interprétation dans le dernier enseignement de Lacan.

Quel est le réel visé par l’interprétation analytique ? La définition du réel est d’autant plus complexe, qu’elle implique immédiatement d’autres concepts – la jouissance, la pulsion, l’organisme, le vivant, le traumatisme, l’angoisse… – et qu’il ne s’agit pas pour la psychanalyse d’un réel quelconque ou universel mais de ce qu’il y a de plus particulier pour un sujet. Quel est le réel impossible à supporter pour le sujet, de quoi se plaint-il, de quoi souffre-t-il ? Comment répond-il du réel auquel il a à faire ? Ces interrogations guident la pratique dès qu’il s’agit de savoir « ce à quoi l’interprétation doit répondre pour être efficace au niveau de la jouissance du symptôme »2.

Si le versant langagier du symptôme, le sens du symptôme, la dimension de déchiffrage est quasi absente, indique J.-A. Miller, dans Inhibition, symptôme et angoisse, la pratique analytique ne saurait pour autant se passer d’un abord du symptôme par le signifiant, par le sens. L’analyse doit permettre le travail de l’inconscient, son activité de chiffrage, la production d’un savoir méconnu du sujet lui-même, de sorte à ce que le sujet croit à son symptôme. Pour autant, l’opération analytique ne peut se contenter de suivre la voie de l’effet de sens pour atteindre le hors-sens de la jouissance du symptôme. Visant le réel en jeu, l’interprétation se doit aussi de fonctionner à l’envers de l’inconscient3. Il y a donc un traitement par le signifiant et un mode de traitement du côté du hors-sens, qui sont autant de modes d’interprétations.

Ainsi, les travaux du Cercle porteront cette année sur la définition et l’abord des diverses manifestations cliniques du réel dans le cadre de cures analytiques de névrosés et de psychotiques.

1 Miller J.-A., « L’orientation lacanienne. Le partenaire-symptôme », enseignement prononcé dans le cadre du département de psychanalyse de l’université Paris VIII, cours du 3 décembre 1997, inédit.
2 Solano E., « Un exercice de lecture », Bulletin Uforca.
3 Miller J.-A., « L’interprétation à l’envers », in « Vous ne dites rien », La Cause freudienne n° 32, 1996, p. 8.

Les commentaires sont clos.